BIOGRAPHIE  
  Années 1980  
     
       
    En janvier, ils enregistrent des chansons (Coécrites par David English et Barry) avec Eric Clapton pour une minisérie de dessins animés destinée au marché britannique, We're The Bunburys, au profit du club de cricket de l’école Ripley Court School d'un petit village britannique nommé Ripley.  
       
                        
           David English et les Bee Gees   Une pochette de We're The Bunberrys            
           
    En février parait le single "Toys" du dernier album de Robin.
 
En mars, les trois frères entre en négociations avec Warner Bros pour la réalisation de plusieurs albums en vue de la reformation du groupe. A cette époque, Barry enregistrait son deuxième album solo tandis que Robin et Maurice finalisaient l’album de la chanteuse Carola.
 
De février à mai, Barry enregistre son deuxième album solo intitulé "Moonlight Madness" qui ne sera pas finalement publié. A l'origine, il devait s’appeler "When Tomorrow Comes" puis "My Eternal Love".
 
Le 12 mai sort "Runaway". L’album et deux singles ("The runaway" et "So far so good") ne seront mis en vente qu’en Suède et en Norvège.

En juin parait le single "We're the bunburys".
 
Entre juillet et septembre l’enregistrement d’un album avec l’ancien producteur des Beatles George Martin était programmé mais ce projet ne se fera pas.
 
En octobre, ils signent avec Warner Bros et passent plusieurs semaines à New York à travailler dans le studio de Maurice connu sous le nom de The Panther House avec Arif Mardin sur un nouvel album : "E.S.P.".
 
Cette année, les travaux des trois frères n’ont pas rencontrés un grand succès. Ce qui ne les empêchait pas de participer à de nombreux concerts de charité. A noter un duo de Barry avec Barbra Streisand le 6 septembre à Malibu, en Californie. Ainsi que la participation parmi d’autres de Robin au The Anti-Heroin Project - Live-In World.
 
       
 
       
    Et donc, afin de relancer leur carrière qui ronronnait, le groupe se reforme et la période de janvier à mars est consacrée à la finalisation de l’album "E.S.P.". A cette occasion, les trois frères changent de nouveau de style en oubliant le disco.
 
En août, sort le single "You win again" de leur nouvel album. Cette chanson, un bon exemple de la nouveauté qu’ils désiraient apporter, sera n°1 au Royaume-Uni, Suisse, Allemagne de l’Ouest (A l’époque, l’Allemagne était coupée en deux jusqu’en 1990), Autriche et Norvège et se classera en haut des hit-parades dans de nombreux autres pays dans le monde sauf aux Etats-Unis où peu de radios la diffusèrent car ils étaient trop étiquetés « Disco ». Au Royaume-Uni, elle remportera le prix Ivor Novello pour le meilleur titre musical et lyrique de l’année.
 

Pendant la seconde partie de l’année, ils travaillent sur quelques chansons avec Andy ainsi que des compositions pour leur nièce Beri (La fille de leur sœur ainée Lesley) : "Naked feelings" et "I'm not wearing make-up". Ils commencent également l’écriture de nouveaux titres pour leur album à venir.

 

Ils continuent sur "We're the Bunburys" en créant de nouvelles chansons avec Elton John.
 
       
         
    La pochette d'E.S.P.   Andy et Beri   Elton John  
               
   

En septembre, c’est l’album qui est proposé parallèlement à une tournée de promotion en Europe. Cette tournée est fructueuse car l’album se vend bien en Europe, atteignant la 5ème place au Royaume-Uni, la 2ème en Norvège et en Autriche, et devient n°1 en Allemagne et en Suisse. Aux Etats-Unis, il peine à atteindre la 75ème place au top 100.

 

Maurice s’associe avec un certain Sidney Rose. Ils fondent The Gibb/Rose Organisation pour des productions cinématographiques et télévisuelles.

 

Cette année marque malgré tout un tarissement de leurs productions qui, il faut bien le reconnaître, était jusque là très importantes.
 
       
 
       
   

En février, le groupe reçoit une nomination au Brit Award pour le meilleur groupe britannique mais repart les mains vides.

 

Barry signe la BO du film Hawks sur un scenario de Roy Clarke. Le film sortira le 5 août mais ne sera pas un grand succès.

 

La mort d'Andy dans un hôpital d'Oxford le 10 mars, cinq jours après ses trente ans, fut un coup douloureux pour la famille Gibb. Maurice admettra plus tard que cela l’avait fait replonger dans l’alcool.

 

En mars-avril, afin de surmonter le décès d’Andy, ils s’attèlent aux premiers enregistrements d’un nouvel album à Miami Beach.

 

Le 14 mai, ils participent avec d’autres stars à un concert géant non-stop surnommé It's Only Rock and Roll au Madison Square Garden de New York. Organisé par le label Atlantic Records qui fêtait à cette occasion son 40ème anniversaire, ils y interpréteront trois titres ("To love somebody", "Lonely days" et "Jive talkin").

 

Le 6 juin, ils figurent parmi d’autres artistes au Prince's Trust Concert au Royal Albert Hall de Londres sous l’égide de la princesse Diana.
 
       
       
    La tombe d'Andy Gibb   Les participants de Prince's Trust Concert  
           
    Le 11 juin, ils participent également au Nelson Mandela Concert dans le stade de Wembley à Londres où ils chantent "You win again", un message d’encouragement à l’adresse de Nelson Mandela qui sera libéré en 1990 après vingt-sept années d’emprisonnement pour sa lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud.

Durant l’été sortent les singles "Crazy for your love" de "E.S.P." et "Fight" avec Eric Clapton de "We're the Bunburys".
 
Le 30 août ils font partie des chanteurs de l’album "1988 Summer Olympics Album" commandé pour les jeux olympiques de Seoul (Du 17 septembre au 2 octobre) avec le titre "Shape of things to come" enregistré dans ce pays durant la première partie de l’année.
 
Ils se mettent en congé en juin jusqu’en novembre et continuent aux Mayfair Studios sur le nouvel album jusqu’en décembre où ils refont une pause à l’occasion des fêtes de fin d’année.
 
       
         
    La pochette de 1988...   Le logo des JO   Dans les studios Mayfair  
               
 
 
    De février à mars, ils terminent leur nouvel album, "One" aux Mayfair Studios de Londres.
 
Le 10 mars, une rue est baptisée Andy Gibb Drive en mémoire du jeune frère disparu en présence du maire de la ville de Miami, Alex Daoud. Le nom sera plus tard modifié en Andy Gibb Way.
 
Ce mois-là sort le premier single de "One", "Ordinary lives". Cette chanson, qui à l’origine devait s’intitulée "Cruel World", était dédiée (Tout comme l’album d’ailleurs) à Andy. A signaler à la batterie Don Henley, membre du groupe Eagles.
 
       
               
       Andy Gibb Drive   Alex Daoud   Don Henley     
               
    A partir du 10 avril à Tokyo et jusqu’au 7 décembre à Matsuyama (Japon), entrecoupée d’une pause en octobre, ils font une tournée mondiale appelée One for All Tour en Europe, en Amérique, en Australie et en Asie. Pour l’occasion, ils étaient accompagnés par Tim Cansfield (guitare), Vic Martin (clavier, synthétiseur), Gary Moberly (clavier, synthétiseur), George « Chocolate » Perry (basse), Chester Thompson (batterie) et les choristes Tampa Lann, Linda Harmon et Phyllis St James.
 
Le 17 avril voit la sortie de "One" au Royaume-Uni (Le 1er août aux Etats-Unis). La chanson "Wish you were here" (J’aimerai que tu sois là) a été écrite spécialement en hommage à Andy.
 
Le 3 mai, ils entament la partie européenne de leur tournée à Dortmund, en Allemagne.
 
En juillet, c’est le single "One" qui sort à son tour aux Etats-Unis. Ce titre marque enfin le retour des Bee Gees à la radio américaine. C’est aussi leur plus grand succès dans les années 1980.
 
Le 17 juillet, prélude à leur tournée aux Etats-Unis, ils passent au David Letterman Show de la chaîne américaine NBC en y interprétant "One".
 
En septembre, "One" obtient la septième place au Billboard Hot 100 et reste dix semaines dans le Top 40.
 
       
 
  Retour      
 
 
 
 



Créer un site
Créer un site