BIOGRAPHIE  
  Années 1980  
  
       
    Après la longue tournée Spirits having flown Tour, ils se posent un peu en entamant une phase d’écriture, d’enregistrements et de production pour d’autres artistes.
 
Ils avaient déjà écrit de nouvelles chansons pour Barbra Streisand lorsque Barry travaille sur l’album "Guilty" avec cette dernière entre février et mars. Un travail de six semaines stimulant qui le pousse à s’y consacrer de longues heures. En tant que producteur, il tenait à ce que tout soit absolument parfait. Il en fut récompensé par un succès phénoménal : l’album et le single "Guilty" furent rapidement classés n°1 dans les charts avec à la clé des critiques très élogieuses pour un album très abouti.
 
Cette expérience changera Barry, le faisant s’affirmer encore plus. Il avait déjà pu constater le contraste entre le son des Bee Gees et celui des musiciens engagés pour les enregistrements des chansons d’Andy auxquels il participait. En effet, ces musiciens jouaient exactement ce qu’il voulait et nombreux étaient ceux qui reconnaissaient que Barry savait quel son utiliser pour telle chanson. Les enregistrements sur "Guilty" lui prouvèrent que les musiciens les plus talentueux pouvaient réaliser ce qu’un producteur exigeait.
 
Barry prit encore le temps d’enregistrer quelques chansons avec Andy pour l’album "Andy Gibb's Greatest Hits".
 
       
                          
              Barbra Streisand   La pochette de Guilty   La pochette d'Andy Gibb's...         
               
    Robin aidé de Blue Weaver, tous deux en tant qu’auteur et producteur pour Criteria Studios, travaillent sur l’album "Sunrise" de Jimmy Ruffin. Barry y apportait aussi son écot avec une chanson "Forever Forever" coécrite avec Robin. Les deux frères y assuraient également les chœurs. A noter que cet album contenait "Songbird", une reprise d’une chanson de l’album "Main Course" de 1975 des Bee Gees.
 
Puis Robin et Blue Weaver enregistrent le single "Help me" avec Marcy Levy pour un nouveau film de RSO appelé Times Square.
 
       
               
     Jimmy Ruffin   La pochette du single   Une affiche du film      
               
   

Maurice, lui, n’avait aucun projet comparable à ceux de ses deux frères. Confronté à des douleurs dorsales, il dut se résoudre à se faire opérer – chose qui l’effrayait – d’une hernie qui le faisait souffrir depuis deux ans.

 

Avant cela, il fut admis dans une clinique pour suivre une cure pour son addiction à l’alcool bien que sa santé se soit améliorée en juin-juillet lorsqu’il travaillait sur une chanson avec Tim Rice, un parolier et présentateur de radio britannique. La lutte de Maurice contre l'alcoolisme sera longue, s'étendant sur une grande partie de la décennie 1990. Il buvait à nouveau en septembre.

 

En mai, Molly entame une procédure de divorce d’avec Robin.
   
        Tim Rice  
           
   

Sorti le 16 août, "Woman in love", le deuxième titre de l’album, sera le plus grand succès de Barbra Streisand. Il deviendra numéro un dans une vingtaine de pays dont la France, l'Angleterre, l'Allemagne, l'Espagne, l'Australie et les Etats-Unis. Un clip sera rapidement monté avec des extraits de films de Streisand.

 

Le 2 juillet, Maurice et Yvonne ont la joie d’accueillir leur deuxième enfant : Samantha Amanda

 

Cette même année, un certain Ronald Selle, un antiquaire de l'Illinois, accuse le groupe de plagiat pour la chanson "How deep is your love". En 1975, il avait écrit une chanson "Let it end" qu’il avait proposée sans succès à quatorze maisons de disques et éditeurs de musique. L’affaire judiciaire cessera en 1984 après qu’une décision définitive en infirmera une première qui les accusait de cela. Innocentés par manque de preuves suffisantes, les medias n’en rapportèrent pas moins qu’ils avaient perdu. Un rude coup porté à leur honneur.
 
       
                    
       Yvonne, Adam, Maurice et Samantha   Ronald Selle et sa femme            
           
    En octobre les Bee Gees se retrouvent dans les studios Middle Fear de Miami pour enregistrer l’album qui devait s’appeler "Sanctuary". Mais pour d’obscures raisons, le projet avorta. Il semblerait malgré tout que c’était la fin d’un cycle et que les trois frères devaient repartir sur de nouvelles bases. D’ailleurs, Blue Weaver, Alan Kendall et Dennis Byron se sont vus signifier que leurs services n'étaient plus nécessaires. Le projet abandonné sera finalement repris l’année suivante sous un autre nom.
 
En octobre toujours, les Bee Gees annoncent qu'ils poursuivent Robert Stigwood et ses studios pour mauvaise gestion et pour avoir retenu les royalties auxquelles ils avaient droit. Ils lui reprochaient le conflit d'intérêts inhérent à leurs contrats depuis 1967, Robert Stigwood étant à la fois leur manager et leur employeur. L’affaire fut finalement réglée à l’amiable en juin de l’année suivante et les deux parties se réconcilièrent.
 
       
 
       
    Le 10 janvier nait le troisième enfant de Barry et Linda : Travis Ryan. Prématuré de sept mois, il passera ses premières semaines d’existence dans une couveuse. Un peu plus tard, l’enfant dut être hospitalisé pour une pneumonie. Après son rétablissement, les Bee Gees visitèrent l'hôpital accompagné de leur photographe officiel Bob Sherman et y passèrent quelques heures à parler avec les enfants malades et à signer des autographes.
 
Le 25 février, Barry et Barbra Streisand reçoivent le Grammy Awards pour la meilleure prestation vocale pop d'un duo ou groupe pour "Guilty" lors des Grammy Awards. Cette chanson remportera également le Ivor Novello Awards pour la meilleure chanson musicale et lyrique.
 
En juin, dans le cadre de l’arrangement à l’amiable avec Robert Stigwood, ils font actés que désormais les droits d’auteur seront transférés à une société appartenant aux trois frères, leur donnant ainsi une totale maîtrise au niveau financier et direction artistique. Une clause stipule également qu’ils doivent encore écrire une dernière fois des chansons à la demande de Robert Stigwood.
 
En septembre, "He's a liar", un titre de leur nouvel album "Living Eyes", sort.
 
En octobre, ils proposent l’album "Living Eyes", le dernier du groupe pour le label RSO. L’un des premiers albums de musique à paraître au format CD, d’abord à titre de démonstration en 1981, puis commercialement en 1983. Il ne rencontre qu’un succès d’estime mais se vend malgré tout à 750 000 exemplaires, loin bien sûr des 16 millions de l’album précédent. Très pris par la promotion de "Guilty", cet opus n’a pas pu faire l’objet d’une promotion suffisante par les trois frères. C’est aussi une période où la vague disco s’essouffle d’autant plus que des campagnes anti-disco voient le jour et cette étiquette leur colle trop. Et pourtant cet album était bien éloigné de ce genre !
 
Ils se séparent en bons termes et poursuivent des carrières solos tout en produisant et composant des disques pour d’autres artistes (Dionne Warwick, Diana Ross, Kenny Rodgers, …)
 
En novembre parait un deuxième single, "Living eyes".
 
Pendant cette période, Maurice était de nouveau très actif en dehors des Bee Gees, faisant beaucoup d'arrangements pour des projets dont aucun n'a vu le jour, malheureusement. Un exemple : l’album "Strings And Things", regroupant des compositions instrumentales sur lequel il avait travaillé avec d’autres compositeurs, dont il était producteur et jamais paru.
 
       
                  
         Bob Sherman   Lors de la cérémonie des Grammy Awards        
           
   

Cette même année, Barry coécrit avec David English un synopsis pour un film, A Dutch Treat. Un film portant le titre Hawks en sera tiré en 1988 par le réalisateur Robert Ellis Miller.

 

Toujours cette année, Robin avait engagé un nouvel assistant, Ken Graydon. Celui-ci lui présentera sa cousine Dwina Murphy. Leurs intérêts communs pour l’art les rapprochent. Une coïncidence : Dwina est née un 22 décembre (1952) !
 
       
                         
               L'affiche de Hawks   Robin et Dwina         
           
 
       
    Ils continuent à travailler sur des projets distincts.
 
Barry, Albhy Galuten et Karl Richardson avaient l’idée d’un album réunissant trois chanteuses différentes, dont Dionne Warwick, avec des chansons solo et des chansons à trois voix. Finalement, et sur demande du producteur Clive Davis, il fut convenu d’écrire uniquement pour Dionne Warwick, alors une très grande vedette soul et qui était réticente à cette idée.

Les trois frères lui écriront ensemble ou séparément la plupart des chansons de l’album "Heartbreaker" mais seul Barry travaillera sur les enregistrements avec Albhy Galuten et Karl Richardson. L’album sortira le 28 septembre 1982 et, porté par le single "Heartbreaker", sera vendu à près de 3 millions d’exemplaires.
 
Le 19 juin, le chanteur britannique Leo Sayer se classe 22ème dans les charts avec une chanson des Bee Gees : "Heart (Stop beating in time)".
 
       
                
       Dionne Warwick   Clive Davis   La pochette de Heart...      
               
    À peu près à cette époque, Robert Stigwood demande aux Bee Gees de lui fournir de nouvelles chansons pour le film Staying Alive dirigé par Sylvester Stallone qui sortira le 15 juillet 1983, une suite de Saturday Night Fever (John Travolta y reprendra son rôle) ["The woman in you", "I love you too much","Breakout","Someone belonging to someone","Life goes on" avec la reprise de "Stayin' alive" de "Saturday Night Fever"].

Ces chansons marqueront leurs dernières obligations contractuelles envers RSO.
 
       
     
    Les trois frères entourant Stallone et Travolta  
       
    Vers la fin de l’année, Barry accepte un autre projet avec le chanteur de country américain Kenny Rogers. Il travaillera avec Maurice et Albhy Galuten sur tous les titres de l’album "Eyes That See in the Dark" qui sortira en août 1983.
 
En novembre, Robin termine l’enregistrement de son deuxième album solo (Son premier depuis 1970) "How Old Are You" sur lequel collabore Maurice.
 
A noter le divorce officiel de Robin et Molly en cette fin d’année.
 
       
                  
        Barry et Kenny Rogers   La pochette de Eyes That...   La pochette de How Old...       
               
 
        Suite